Sélectionner une page

    

Une banderole, déployée sous l’impulsion du groupe Génération Nation (GN) Rhône à l’occasion du passage de la marche des migrants à Lyon organisée entre le 24 et le 26 mai, a entraîné la convocation au commissariat de trois participants dont Muriel Coativy.

La déléguée du Rassemblement National, Muriel Coativy, s’est trouvée décontenancée lorsqu’elle a reçu cette convocation pour « provocation à la haine » et « violence en raison des origines » : « A aucun moment je n’aurai imaginé être convoquée suite au déploiement de notre banderole« , sur cette dernière on pouvait lire « Français d’abord clandestins dehors ». Tout comme elle, deux autres personnes ayant participé à l’action ont été convoquées au commissariat. Parmi elles se trouve Alexandre Economos, référent de Génération Nation Rhône.

Cependant, Muriel Coativy fut la seule auditionnée jusqu’à ce jour : « Cette enquête a été provoquée par le procureur de la République« , a-t-elle appris lors de sa convocation au commissariat d’Oullins. Derrière cette enquête, la conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes soupçonne un acharnement envers le Rassemblement National : « est-ce qu’on a soufflé l’idée de cette procédure dans l’oreille du Procureur de la République ? Si on avait dit « clandestins d’abord et Français dehors », est-ce qu’on aurait été poursuivis pour provocation à la haine« , se questionne-t-elle.

En l’attente d’un classement sans suites de l’affaire, Muriel Coativy souhaite faire entendre son aberration vis-à-vis de cette décision du procureur de la République. Ce jeudi, sur son profil Twitter, elle a posté une photo de sa convocation au commissariat en dénonçant la « persécution financière et judiciaire du Rassemblement National« . A travers ce post, l’avocate de formation souhaite « que la France sache qu’on peut être convoqué pour exposer le message ‘Français d’abord clandestins dehors’. Je ne vois pas où est le problème dans cette banderole ! « .

On notera que d’autre groupes départementaux de Génération Nation, avaient déployé des banderoles similaires un peut partout dans l’hexagone lors de cette même journée. Aucun de ceux avec qui Muriel Coativy a pu s’entretenir depuis n’a reçu de telles convocations.